The elegant spanking

Pourquoi celui-là ? pour le thème de la fessée, pour le fait que Maria Beatty apparaît dans son propre film où elle joue le rôle de la servante Kitty, parce qu’il s’agit d’un film ancien (de 1995), parce que The elegant spanking marquait le début de la carrière de Maria Beatty, et parce que j’en avais vu quelques images dans le reportage consacré à Maria Beatty dans « Autour de minuit ».
On retrouve ce film en vente en dvd sous le titre Fetish films volume 1 qui comprend également The black glove. La série des « fetish films » comprend à présent trois volumes.

The elegant spanking met en scène deux femmes, la maîtresse, élégante, maniérée, qui porte avec grâce collier de perles, lingerie et chaussures et sa servante dévouée, en adoration devant elle, recueillant son urine, adorant ses pieds. Pour avoir commis une faute, la servante se fait fesser, mais la fessée la porte au comble du désir.

S’y trouvent des scènes d’effeuillage et d’habillement, de masturbation, d’adoration des pieds et des chaussures, une fessée cuisante, fétichisme de la lingerie, fétichisme des pieds, urophilie, et bien entendu un rapport constant de domination/soumission.

Le film de trente minutes environ est muet et entièrement en noir et blanc. Une musique ou plutôt des sons musicaux nous parviennent mais les paroles sont écrites en anglais sur un écran noir. Ces paroles ou pensées sont rares. Le film s’en passe facilement par son expressivité.


La fessée ou les mémoires de Monsieur Léon, maître-fesseur

« La Fessée est un film érotique français de Claude Bernard-Aubert (avec Antoine Fontaine, Emmanuelle Parèze, Danielle Altenburger, Marie-Christine Chireix, Massimo Del Arte…) sous-titré La fessée ou les mémoires de Monsieur Léon, Maître-Fesseur (1976) ». (Extrait d’un article de Wikipédia)

Monsieur Léon a découvert les vertus de la fessée avec la jeune Élisabeth qui, surprise dans les bras (en fait, un peu plus bas) du jardinier, en a reçu une de sa part. La demoiselle, très excitée, a couru derrière Monsieur Léon pour finir à califourchon sur lui.

Un jour, le patron de Monsieur Léon invite ce dernier à dîner et lui expose les difficultés rencontrées avec sa femme. La fessée pourrait-elle devenir la solution à leurs problèmes ? [extrait de la scène sur dailymotion avec enregistrement préalable nécessaire]

Mais sitôt leurs problèmes de couple résolus, le patron de Monsieur Léon et sa femme n’ont plus cure de Monsieur Léon qui n’exerce donc plus ses talents jusqu’au jour où la crémière lui demande son aide et le paie pour une fessée et un acte sexuel (les deux se suivant nécessairement). C’est le début de la gloire pour Monsieur Léon, la crémière lui trouvant des clientes prêtes à payer pour ses fessées. Toutes les femmes font appel à lui, jeunes ou moins jeunes, distinguées, femmes d’affaire… Jusqu’au jour où un télégramme rappelle monsieur Léon dans son village natal.

Je ne vais pas plus loin dans le résumé. A vous de voir le film…

Avis : Le film est loufoque et divertissant. Passage très kitch (danse des fesses, descriptions de celles-ci). La grandiloquence de Monsieur Léon quand il s’agit de parler de son art (dont vous pouvez avoir un aperçu dans l’extrait vidéo) fait largement sourire. Le film est loin d’être un chef-d’œuvre, mais il se laisse regarder.