Sous les caresses du martinet, Jacques Biederer

Ce tout petit film, Sous les caresses du martinet, date de 1930. Il est dans le domaine public. C’est par un lien donné sur facebook que j’ai pu regarder ces deux minutes et quelques secondes où une femme donne des coups de martinet à une autre qui en rit, fait mine de se sauver, se roule et se protège ou se roule et se livre davantage ainsi en exposant d’autres parties de son corps.

Après recherche à partir du nom du réalisateur, Jacques Biederer des studios Ostria, on trouve des galeries de photographies (ici : http://www.erotomane.org/vintage-erotica/artist/jacques-biederer/430/ ou ici : http://www.archivesderos.com/site/sscat2.php?id=76&themebase=1&sstheme=28) et surtout plusieurs sites en anglais, alors même que les films portent originairement un titre en français.

C’est vers un de ces sites en anglais que je vous oriente afin de visionner la vidéo, Sous les caresses du martinet : http://archive.org/details/Rare1930sFrenchFetishStagFilm2SmWithASmile court métrage qui, comme l’indique la notice, est bien loin des stéréotypes du genre SM


Les Dragueuses du web d’Ovidie

Les Dragueuses du web est un film réalisé par Ovidie en 2008 pour FrenchLoverTv. Quatre femmes utilisent Internet pour draguer : la première avoue chercher une relation stable mais se fait berner à chaque fois, la deuxième cherche du sexe immédiat et a ce qu’elle souhaite, la troisième est une artiste qui souhaite trouver un modèle masculin et le recrute via le net sur le conseil de la seconde (mais l’homme un peu idiot n’a pas compris qu’il s’agissait de poser), la quatrième a eu une relation saphique avec la première et lui raconte sa dernière aventure avec deux hommes trouvés également sur Internet.

Internet est un prétexte aux rencontres, qui sont toutes sexuelles bien entendu. Un 69 ou une sodomie au premier rendez-vous semble ne poser de problème à personne.

Si je tenais à évoquer ce film, c’est surtout pour sa fin inhabituelle. Une relation entre femmes dans un film destiné à un public hétérosexuel est courant. C’est presque un passage obligé. Par contre, une relation entre hommes est inattendue.
La quatrième femme invite donc chez elle deux hommes. Pendant qu’elle s’affaire à la cuisine, ceux-ci se rapprochent, évoquent des souvenirs communs car ils découvrent qu’ils ont faire leur service militaire ensemble. Lorsque la femme réapparaît, un homme fait une fellation à l’autre et la femme demande si elle peut les rejoindre. C’est donc une partie à trois qui nous est donné de voir, avec deux hommes qui ne prennent pas la femme en sandwich, mais qui se masturbent et se sucent entre eux tout en s’occupant de la femme et réciproquement.

Les Dragueuses du web dure une heure, il s’agit bien sûr d’un film pornographique destiné aux adultes.
Le film est visible en vod (ici notamment).