Les jours et les nuits de China Blue

Bobby, invité à une soirée de libre parole sur la sexualité et le couple, ne s’exprime pas. Et pourtant, que de choses à dire puisque sa femme et lui vivent sous le même toit sans communiquer. Une chicane sur le manque d’argent incite Bobby à accepter un travail de nuit : il doit épier une styliste, Johana, trop travailleuse et trop ambitieuse pour être parfaitement honnête selon son patron qui la soupçonne d’avoir vendu des modèles à la concurrence.

Johana a effectivement un secret, que Bobby découvre, mais ce n’est pas celui-là… Johana mène en effet une double vie : le jour, jeune femme inapprochable par les hommes, la nuit, prostituée : elle est alors China Blue, « le meilleur coup du quartier » comme elle se plaît à le dire. China Blue, bavarde, goguenarde, pourvue d’un sens aiguë de la répartie, se prête aux fantasmes d’autrui, permet leur essor par leur mise en scène, leur récit. Elle est tour à tour hôtesse de l’air pour un voyage vers le 7ème ciel, femme traquée et violée…

Bobby, client d’un soir, se retrouve fasciné par China/Johana, de même qu’un homme étrange rodant dans le quartier, psalmodiant devant un spectacle de peep-show, exhortant la foule des infidèles à renoncer à ses péchés et surtout voulant amener China Blue à la libération. Car selon ses dires, China et lui sont tous deux pareils, fuyant leur personnalité. Le révérand transporte dans sa valise les objets du vice ou du culte, puisque son esprit dérangé ne différencie plus, dont un vibromasseur par lequel doit passer la rédemption…

__________

Film de Ken Russel de 1984. Titre original  Crimes of passion. Durée :  1h46. Interdit aux moins de 16 ans.

Actrice principale  Kathleen Turner.

Critiques de spectateurs sur allociné. Mais s’il ne vous faut lire qu’une critique, lisez celle de cinemaniac devant laquelle je m’incline, n’ayant rien à ajouter : le film nous a beaucoup plu, à voir absolument. Vous trouverez un extrait ici.