Phone sex

Phone sex d’Anita Rinaldi était cité dans la conversation sur doctissimo intitulée « films pornos sensuels, tendres, esthétiques ». Ce film appartenait à une liste publiée dans Hot video. On trouve notamment ce film répertorié sur le site « European girls adult film database« . Pour aller plus loin, voir des images du film et une description des différentes scènes, voir cette page, mais c’est en anglais :S
Avec beaucoup de difficultés (je lis peu l’anglais), je lis que l’auteur de ce dernier texte ne trouve pas très érotique la présence de préservatifs. Personnellement, je considère que ce devrait être le cas systématiquement dans tout film.Après ces généralités, revenons à ma vision du film.Je n’en ai pas grand-chose à dire, nous l’avons trouvé médiocre.
Pas grand-chose à dire si ce n’est ce que j’ai écrit dans le titre de ce billet : les crachats sont omniprésents et cela nous a écœurés.

De la salive sur la verge des messieurs, le vagin des dames, l’anus de celles-ci, et même les bisous sont baveux, la salive dégouline. Je ne supporte pas la vision des crachats. Et puis, il y a une différence entre lubrifier et nager dans la salive.

Deuxième phénomène moins remarquable mais presque tout aussi présent : la petite claque sur le fessier ou sur une cuisse.

Pour les curieux, l’argument du film, version française :
Une jeune femme, Bridget, vient de perdre son emploi. Son amie, dans la voiture à côté d’elle, par jeu, téléphone à une émission de radio où la présentatrice demande à une auditrice, donc Bridget, d’exciter les auditeurs en entrant dans un jeu de rôle. Bridget se révèle talentueuse et comprend qu’elle aime cela : elle en fera sa profession. C’est le phone sex du titre. Avec ses collègues, elle répond donc au téléphone, provoque quelques éjaculations à distance et s’excite elle-même de ses paroles. Quelles scènes en contact ont lieu également par la suite.

Nous avons regardé attentivement les premières minutes du film mais beaucoup moins les suivantes (à cause des crachats, des rapports sexuels trop longs, avec trop de gémissements et de cris. Je me suis amusée à faire le doublage du film tellement cela en devenait comique.) et plus du tout la fin.

Film inintéressant et répugnant pour tous ces crachats. Hum, un film sensuel, tendre et esthétique, ça ?


Kama-Sutra – Les secrets de l’art amoureux

Kama-sutra, les secrets de l’art amoureux, est un dvd de 2005 et dure 80 minutes. Il présente 50 positions du Kâma-Sûtra réalisées par trois couples. Le tout est commenté par Brigitte Lahaie, en voix off. Vous pouvez en voir un extrait en ligne. Le film peut se visualiser en 2D ou en 3D (deux paires de lunettes sont fournies).

Comme il ne s’agit qu’une succession de positions, le dvd semble long même si les positions s’enchaînent facilement. La musique est lancinante mais agréable, il aurait peut-être été plus judicieux de changer de morceau parfois, je pense néanmoins que cette musique se prête bien aux scènes proposées. La voix de Brigitte Lahaie est posée, les commentaires sont intéressants sauf (je ne suis jamais complètement satisfaite !) pour trois expressions qui reviennent régulièrement :

– quand l’homme domine la femme dans la position effectuée, elle récite « ce qui permet à l’homme de satisfaire ses fantasmes de domination » ou quelque chose qui y ressemble. Cette phrase m’agace.

– quand la femme tourne le dos à l’homme et donc ne le voit pas (logique !), elle récite à nouveau : « ce qui permet à la femme de fantasmer sur des partenaires imaginaires ». Phrase qui m’agace également.

– quand la pénétration est profonde, la verge pourrait « toucher le col de l’utérus », cela peut être douloureux pour la femme.

Les scènes se déroulent dans une maison, l’ambiance est cosy, les chambres possèdent des lits étroits (est-ce pour mieux se rapprocher ?), le mobilier d’une manière générale est peu fourni. Les hommes sont musclés sans l’être trop quand même, et les femmes n’ont pas nécessairement de grosse poitrine comme trop souvent.

Problème pour ma part : je ne visualise pas le 3D, je ne sais pas pourquoi. Les lunettes ne sont pas déficientes puisque monsieur a eu la chance, ce veinard, de voir les images 3D avec. Je me suis donc contentée d’une version 2D un peu floue pendant qu’il regardait en 3D… 🙁
Mine de rien, ce dvd est excitant, du moins à mon avis. Tout en le regardant, je me disais que j’essaierais volontiers telle ou telle position un jour.. Et quand on se projette dans ce que l’on voit, l’effet est là. Il ne reste plus qu’à réaliser les exercices pratiques !

Commentaire de monsieur : je sais maintenant que ce qu’on appelait « la carapace » s’appelle « la position de l’éléphant ». Bien filmé, visuel (on pourrait se passer des commentaires), ces commentaires sont parfois répétitifs. La musique est trop répétitive. J’accepte volontiers de passer aux exercices pratiques…

Ma conclusion est donc tout à fait positive pour ce dvd que je reverrais volontiers un jour prochain.